Chanson Malbrough

Les origines de la comptine Malbrough

Malbrough est une chanson française. Ses paroles datent du XVIIIeme siècle mais l'air serait beaucoup plus ancien. La chanson a été popularisé par Marie-Antoinette qui la jouait au Clavecin.
D'après Chateaubriand, cette chanson a été emprunté aux arabes durant les croisades puis adaptés par les Britaniques.
D'après le folkloriste australien John Meredith, ce chant fut le premier des arborigènes d'Australie.
Connue en France vers 1781, Malbrough s'en va en guerre était une petite comptine destinée au jeune dauphin de Louis XVI, c'est sa nourrice Geneviève Poitrine qui la lui chantait.

Malbrough s'en va-t-en guerre,
Mironton, mironton, mirontaine,
Malbrough s'en va-t-en guerre,
Ne sais quand reviendra. (bis)

Il reviendra-z-à Pâques,
Mironton, mironton, mirontaine,
Il reviendra-z-à Pâques,
Ou à la Trinité. (bis)

La Trinité se passe,
Mironton, mironton, mirontaine,
La Trinité se passe,
Malbrough ne revient pas. (bis)

Madame à sa tour monte,
Mironton, mironton, mirontaine,
Madame à sa tour monte,
Si haut qu'elle peut monter. (bis)

Elle aperçoit son page,
Mironton, mironton, mirontaine,
Elle aperçoit son page,
Tout de noir habillé. (bis)

"Beau page, mon beau page,
Mironton, mironton, mirontaine,
Beau page, mon beau page,
Quell' nouvelle apportez ?" (bis)

"Aux nouvelles que j'apporte,
Mironton, mironton, mirontaine,
Aux nouvelles que j'apporte,
Vos beaux yeux vont pleurer. (bis)

Quittez vos habits roses,
Mironton, mironton, mirontaine,
Quittez vos habits roses,
Et vos satins brochés. (bis)

Monsieur Malbrough est mort,
Mironton, mironton, mirontaine,
Monsieur Malbrough est mort,
Est mort et enterré. (bis)

J' l'ai vu porter en terre,
Mironton, mironton, mirontaine,
J' l'ai vu porter en terre,
Par quatre-z-officiers. (bis)

L'un portait sa cuirasse,
Mironton, mironton, mirontaine,
L'un portait sa cuirasse,
L'autre son bouclier. (bis)

L'un portait son grand sabre,
Mironton, mironton, mirontaine,
L'un portait son grand sabre
L'autre ne portait rien. (bis)

On vit vôler son âme,
Mironton, mironton, mirontaine,
On vit voler son âme,
A travers les lauriers. (bis)

Chacun mit ventre à terre,
Mironton, mironton, mirontaine,
Chacun mit ventre à terre,
Et puis se releva. (bis)

Pour chanter les victoires,
Mironton, mironton, mirontaine,
Pour chanter les victoires,
Que Malbrough remporta. (bis)

La cérémoni' faite,
Mironton, mironton, mirontaine,
La cérémoni' faite,
Chacun s'en retourna. (bis)


Blog créé par Mathilde Soëte, que vous pouvez retrouver sur Google

A propos | Conditions d'utilisation | FAQ | Contact